On ne naît pas femme mais on ne naît pas mâle non plus

Simone de Beavoir aurait eu 106 ans aujourd’hui.

On ne naît pas femme, on le devient : je reprends à mon compte cette formule qui exprime une des idées directrices du Deuxième Sexe. Certes, il existe entre la femelle humaine et le mâle des différences génétiques, endocriniennes, anatomiques : elles ne suffisent pas à définir la féminité ; celle-ci est une construction culturelle et non une donnée naturelle : le scientisme fumeux de Mme Lilar n’a pas entamé cette conviction. Elle est au contraire fortifiée par les études de plus en plus poussées qui ont été consacrées à l’enfance pendant ces derniers années ; toutes prouvent que ma thèse est exacte et demanderait seulement à être complétée : On ne naît pas mâle, on le devient. La virilité non plus n’est pas donnée au départ. »

Simone de Beauvoir, Tout compte fait, 1972.

La non-poésie des non-poètes

la poésie du non-poète entretient le même rapport à la poésie française contemporaine que la peinture d’un peintre du dimanche entretient à l’égard de l’art pictural du XXe siècle. Tout comme celui-ci peut vouloir portraiturer sa famille ou peindre son jardin dans les formes canonisées par une séquence historique qui va, disons, de 1880 à 1914 (il emprunte ses modèles dans un musée imaginaire qui comprend Monet et Manet, Gauguin et Cézanne), celui-là veut chanter ses amours malheureuses dans des formes convenues empruntées au matériel poétique des écoliers ou des chansonniers.

Martin Rueff, La non-poésie des non-poètes

Le ciel entier dans tes yeux sombres

Laisse nager le ciel entier dans tes yeux sombres, et mêle ton silence à l’ombre de la terre : si ta vie ne fait pas une ombre sur ton ombre, tes yeux et ta rosée sont les miroirs des sphères

[…]

Contemple, sois ta chose, laisse penser tes sens, éprends-toi de toi-même épars dans cette vie. Laisse ordonner le ciel à tes yeux, sans comprendre, et crée de ton silence la musique des nuits.

Paul Fort, Ballades françaises.

La jetée

Le 29 juillet 2012, Chris Marker est resté dans le passé.

La Jetée est sorti en 1962 : quel plus beau film sur le temps ?