Napoléon apocryphe

Louis Geoffroy

« Napoléon voulut rester à Saint-Pétersbourg pendant toute la saison d’hiver : il se plut à anéantir par sa présence l’ennemi impérial qu’il avait été dix années à abattre. Aujourd’hui qu’il régnait dans son empire, qu’il habitait dans son palais, il prolongeait à plaisir ce grand effet de ses victoires, afin aussi peut-être de mieux faire comprendre aux nations russes qu’au-dessus de leur czar il y avait encore une toute-puissance plus formidable, et Napoléon entre Alexandre et Dieu. »

Et si, en 1812, Napoléon n’était pas resté attendre, dans Moscou prise, la capitulation des troupes russes ? Et si au contraire, après l’incendie de Moscou, il avait remit ses troupes en ordre de marche en direction de Saint-Pétersbourg ? Avec « Napoléon apocryphe » ou L’histoire de la conquête du monde et de la monarchie universelle, publié pour la première fois en 1836, Louis Geoffroy nous offre ici une histoire alternative réjouissante, parfois patriotique jusqu’au grotesque, dont il tirera toutes les conséquences.

Ce texte reprend l’édition augmentée de 1841. Il est considéré comme l’une des premières uchronies littéraires.