accueil

Quand la CIA finançait la fiction américaine

À propos de l’opposition des deux cultures de la fiction américaine.

la postérité retiendra que c’est bien Engle qui, du milieu des années 40 jusqu’aux années 60, aura fait passer ce campus du Midwest de l’état pathétique de curiosité locale à celui de modèle envié et copié par tous les programmes de Master of Fine Art (MFA) du pays, lançant le premier pont à double sens entre la grande constellation universitaire, pourvoyeuse insatiable d’écrivains (de talent selon certains, formatés pour d’autres, quasiment tous titulaires d’une chaire de littérature) et le monde éditorial new yorkais dont l’axe de rotation s’est longtemps trouvé sur la 42e rue.

Quand la CIA finançait la fiction américaine

Extrait à venir du livre d’Eric Bennett :

Did the CIA fund creative writing in America? The idea seems like the invention of a creative writer. Yet once upon a time (1967, to be exact), Paul Engle received money from the Farfield Foundation to support international writing at the University of Iowa. The Farfield Foundation was not really a foundation; it was a CIA front that supported cultural operations, mostly in Europe, through an organization called the Congress for Cultural Freedom.

How Iowa Flattened Literature